Révélétion sur les vaccinations

Révélétion sur les vaccinations
LIBRE CONSENTEMENT ÉCLAIRÉ

« Ne doutez jamais qu'un petit groupe de gens réfléchis et engagés puisse changer le monde. En fait, c'est toujours comme cela que ça s'est passé »

 https://libre-consentement-eclaire.fr Mouvement politique citoyen en faveur de la liberté vaccinale et de la déclaration universelle des droits de l’homme et du citoyen de 1789 91, rue

Lettre du 23 décembre 2018

 Des révélations qui devraient faire stopper immédiatement les vaccinations !
 Il s’agit de la traduction d’une interview du docteur Loretta Bolgan qui a supervisé des recherches biochimiques sur les composants des vaccins.
Si notre santé et celles de nos enfants étaient réellement la préoccupation des autorités étatiques, les révélations scientifiques dévoilées dans cette interview devraient faire stopper immédiatement toute vaccination.

Des « vaccins » qui ne vaccinent pas, mais qui tuent ! Vers la fin de la folie vaccinale meurtrière ?
En Italie, un rapport que l’on doit au Comité Régional de Vénétie pour la Liberté vaccinale (CORVELVA) sur la composition biologico chimique de différents vaccins, commence à faire du bruit tant les révélations qu’il dévoile devraient faire tomber des têtes et mettre un terme définitif à la folie vaccinale meurtrière.
« Vaccingate »
Une interview du docteur Loretta Bolgan, par Marcello PAMIO
(Extraits commentés d’une traduction de Serge Rader)

Loretta Bolgan est titulaire de deux doctorats délivré la Harvard School de Boston (en chimie et technologies pharmaceutiques et en sciences pharmaceutiques).
Elle a été auditionnée dans le cadre de la Commission d’enquête parlementaire sur les vaccins administrés aux quelque 4 000 militaires italiens atteints de cancers, qui a rendu ses conclusions le 8 février 2018 après 18 ans d’enquête (Chambre des Députés - XVIIe Législature, Doc 22-BIS, N°23).
Vaccins cancérigènes : entre 2 000 et 3 000 fois plus d’ADN fœtal dans les vaccins que préconisé par l’Agence Européenne de Médecine ! Des vaccins qui ne peuvent pas éradiquer la maladie !

Un risque de maladies auto-immunes ou neurodégénératives
Un vaccin contre la rubéole qui ne peut pas vacciner contre la rubéole, mais qui contient des allergisants, des herbicides, des antibiotiques ou encore 173 substances chimiques différentes dont seules 30 % sont référencées dans les banques de données de l’American Type Culture Collection, organisation non commerciale créée en 1925.
Pas de présence d’antigènes (absence de protéines vaccinantes), mais 65 contaminants chimiques dont 7 toxines qui sont reconnues comme à l’origine de maladies auto-immunes et d’allergies !

Le docteur Loretta Bolgan pose la question que personne n’ose poser de crainte d’être taxé de « complotiste ». Or, si des produits sont présentés comme étant des vaccins alors qu’ils n’en sont pas et qu’ils sont inoculés de force à des nourrissons de 8 semaines, on peut à très juste titre parler de complot ! La question étant qu’elle est la nature de ce complot ? Qu’elles en sont les vraies raisons, sont-elles exclusivement commerciales ?
On attend des réponses des autorités qui imposent l’obligation vaccinale !

Avec la complicité des États et des médias diffuseurs de ses publicités payantes, l’industrie pharmaceutique vaccinale dirige une nouvelle Sainte Inquisition, celle de la chasse aux « complotistes », car être taxé de « complotiste » est la crainte de tous les chercheurs et scientifiques qui se verraient ainsi excommuniés de leur communauté de travail et mis au banc de la société.

Comme vous le verrez ci-dessous, le docteur Loretta Bolgan termine son interview sur cette question. Or, cette peur, justifiée, n’interdirait-elle pas de dévoiler de réels complots ? Cette nouvelle Sainte Inquisition n’a, en fait, que pour but de nous empêcher de nous poser des questions, et donc d’ignorer les réponses qui pourraient y être faites.

La lettre original est     ici


Rédigé le  23 déc. 2018 19:18 dans Vaccination  -  Lien permanent

Commentaires

Aucun commentaire pour cet article.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.
Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.
Votre commentaire
Votre nom *
Votre Email *
URL de votre site